Créer une BD, un roman graphique

L’application BDnF offre à chacun la possibilité de s’essayer à la bande dessinée grâce à des corpus d’éléments visuels créés pour l’occasion et issus des collections patrimoniales de la Bibliothèque. BDnF permet de réaliser des BDs, des romans graphiques ou tout autre récit mêlant illustration et texte.
L’application est destinée en premier lieu au public scolaire, enseignants et élèves du primaire et secondaire. Cofinancé par le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et la BnF, le projet BDnF est né dans le cadre d’un appel à projets innovants lancé par le ministère de l’Éducation nationale. L’application BDnF est le fruit d’une collaboration étroite des équipes de la BnF avec les enseignants, afin de répondre au mieux à leurs attentes. Le projet a été construit et testé, tout au long de son élaboration, par un panel d’instituteurs et de professeurs, qui ont mis l’application à l’épreuve de la réalité. C’est ce qui fait l’originalité et la qualité de l’application.

Disponible gratuitement sur ordinateur, tablette et dans une forme simplifiée sur mobile.

Les écrans nuisent au sommeil des jeunes parisiens

L’article du JDD du 2 février 2020 fait état d’une étude réalisée par l’observatoire régional de santé qui montre que 29 % des 15-24 ans et 23 % des 25-34 ans souffrent d’une « dette de sommeil » ; la moitié des adolescents dort mal ou pas assez : constat accablant !
On apprend aussi dans l’article que « en île-de-France, 85% des collégiens ont un téléphone portable dont 67% sont des smartphones ; 98% ont une connexion Internet à domicile » mais que les écrans ne sont pas la seule cause de ces troubles du sommeil : pollution sonore et lumineuse, temps de trajets plus longs et réchauffement climatique ont un impact sur le sommeil.

Lire la suite

Numworks la calculatrice capable de coder en Python

Après avoir réinventé la calculette, la marque française propose son application pour smartphones et tablettes. NumWorks, c’est tout d’abord une calculatrice graphique physique innovante et polyvalente, crée pour améliorer notre façon d’apprécier les mathématiques. Capable d’effectuer calculs scientifiques et fonctions mathématiques classiques, la calculatrice NumWorks offre également la possibilité de coder en langage de programmation Python ! Conçue avec des professeurs afin de concorder aux programmes scolaires, c’est aussi à leur demande que NumWorks met à disposition sa calculatrice dans une application 100% gratuite afin que tous les élèves puissent disposer d’un outil pédagogique performant, n’importe où et n’importe quand.

Découvrir : http://uptech.mensup.fr/
Télécharger : iOSandroïd

Scanner son réseau wifi

Depuis que le Wi-Fi est devenu la norme pour se connecter à Internet, il est essentiel de protéger son accès par un mot de passe (clé WPA2 en général) pour éviter qu’une personne ne puisse accéder à vos données ou profiter de votre connexion Internet. Voici deux outils que j’utilise :

  • Sur PC : Netcut vous permet de vérifier quels sont les périphériques connectés à votre réseau, et d’en contrôler l’accès à Internet. Netcut est un utilitaire gratuit d’analyse et de contrôle des périphériques sur le réseau local, disponible pour Windows et Android. Tutoriel
  • Sur Mac : Flame ou SuperScan – IP scanner feront la même chose !
  • Sur iOS ou androïd : Fing est l’outil idéal.

Utiliser les capteurs du smartphone pour les sciences

L’équipe de la Physique Autrement, en collaboration avec Ulysse Delabre (Université de Bordeaux) et Julien Basset (Université Paris Sud) a mené la traduction en français de l’application PhyPhox.

Cette application, gratuite, développée par l’Université d’Aix La Chapelle, permet de faire des mesures de physique en utilisant les capteurs du smartphone.

Découvrir Phyphox

Scratch version 3.0

La version 3.0 de Scratch est disponible !
Scratch adopte désormais le HTML 5 en abandonnant l’obsolète Flash : une petite révolution.
La version 3.0 est ainsi accessible depuis n’importe quel navigateur :

  • Chrome (version 63),
  • Edge (version 15),
  • Firefox (version 57)
  • Safari (version 11)

mais aussi sur tablette (Chrome et Safari) et sur mobile.
Il n’est pas utilisable sur Internet Explorer.
Pour les possesseurs d’un Chromebook, il faudra attendre le second semestre de 2019 pour profiter d’une application dédiée.

Découvrir les nouveautés en vidéo :

Jouer avec la dernière version : https://scratch.mit.edu/

Family Link : application de contrôle parental

Family Link est une application de contrôle parental proposée par Google. Elle permet de protéger vos enfants en associant son compte au vôtre et de gérer tout ça depuis l’appareil de papa ou maman… 13 ans est l’âge nécessaire pour avoir un compte Google, compte nécessaire pour accéder au Google Play Store, YouTube, etc.

L’application s’installe à la fois sur la tablette de l’enfant et sur un téléphone parental (sous androïd ou iOS). Le compte parent aura un contrôle complet sur celui de l’enfant : applications bloquées ou en attente d’approbation, filtres de navigation, contrôle du temps passé avec la possibilité de définir des horaires d’utilisation, etc. Les parents disposent même d’une option permettant de géolocaliser leur enfant !

À tester sur les nouveaux cadeaux de Noël : sur androïd ou iOS
Tutoriel d’installation

Un tableau blanc collaboratif en un clic

Gratuit, Witeboard est un tableau blanc qui se présente sous la forme d’une application web qui permet de collaborer autour d’une feuille blanche (ou noire) interactive. Inutile de se créer un compte, cela permet de très vite communiquer, collaborer et échanger des idées.
L’interface est facile à appréhender avec des fonctionnalités efficaces et pointues : la création de figure géométrique est simple en maintenant enfoncée la touche C (cercle), R (rectangle) ou Maj (ligne). La reconnaissance de forme présentée dans la vidéo n’a pas fonctionné lors de mon test !

Pour rendre collaboratif ce tableau blanc, un clic sur le bouton « Share » permet de copier le lien vers le tableau… que l’on peut éditer depuis un ordinateur ou une tablette !

A découvrir : Witeboard

Baromètre 2018 des usages du numérique en France

L’ARCEP présente pour cette fin d’année 2018 son baromètre sur les différents usages du numérique en France. L’enquête raalisée en juin 2018 auprès de 2.214 personnes, révèle 9 tendances sur les usages du numérique chez les Français.

La télévision en déclin dans les foyers
même si 95% des foyers en possèdent au moins une, le temps hebdomadaire passé à la regarder a diminué de 2 heures par rapport à 2016, au bénéfice d’internet. Lire la suite

Comment les adolescents utilisent leur smartphone en France ?

Pour mieux comprendre l’usage des smartphones par les adolescents, BVA a réalisé une étude pour Wiko auprès de plus de 1 012 jeunes représentatifs des 12-17 ans.

  1. 92% des 12-17 ans possèdent un smartphone. Un équipement quasi-général, qui se fait de plus en plus jeune : les collégiens ont eu leur premier smartphone en moyenne autour de 11 ans contre 13 ans pour les lycéens.
  2. Un outil incontournable pour ENTRETENIR SA VIE AMICALE. 89% des adolescents équipés considèrent que le smartphone est incontournable pour entretenir ses relations amicales.
  3. …ET SENTIMENTALE. Pour 62% des adolescents équipés et même 73% des 16-17 ans, avoir un smartphone est incontournable pour entretenir sa vie sentimentale.
  4. Un support de facilitation des INTERACTIONS SENTIMENTALES ? 10% des adolescents équipés ont déjà utilisé leur smartphone pour rencontrer quelqu’un et même 13% pour rompre. Certaines pratiques semblent même rencontrer un certain écho chez les adolescents plus âgés : chez les 15-17 ans, ils sont 18% à avoir déjà reçu ou envoyé des « sextos » ou des « nude » alors que 39% des 12-14 ans indiquent que les messages à connotation sexuelle constituent une pratique répandue chez les adolescents.
  5. Un smartphone incontournable pour réussir sa vie sociale…qui peut aussi engendrer des SITUATIONS DIFFICILES. 17% des adolescents équipés de smartphones l’ont déjà utilisé pour envoyer des messages méchants ou des insultes et 24% ont déjà pleuré après avoir consulté un message (38% des filles et 40% des lycéennes). De même, 23% des adolescents équipés (29% chez les jeunes filles) ont déjà eu peur qu’un contenu partagé ne soit repris contre eux.
  6. Une INTERDICTION MAJORITAIREMENT RESPECTÉE AU COLLÈGE…même si des irréductibles persistent. Malgré l’interdiction, 20% des collégiens utilisent quand même leur smartphone au collège (23% des garçons et 28% des 13-14 ans).
  7. 78% des adolescents équipés de smartphones ont un COMPTE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX. Snapchat est le réseau le plus fréquenté (62%) devant Facebook (53%) et Instagram (50%). 22% des adolescents équipés de smartphones n’ont pas de compte sur les réseaux sociaux et même 27% des jeunes résidents en zones rurales et 31% des collégiens.
  8. Le smartphone dans les relations avec les parents : UN OUTIL D’ALERTE PLUS QUE DE DIALOGUE ? Quand les adolescents utilisent leur smartphone pour communiquer avec leurs parents c’est en priorité pour les prévenir en cas de problème (82%), pour les prévenir en cas de retard (63% et 67% chez les lycéens) ou pour les rassurer (52% et 58% chez les 12-13 ans).
  9. Un FILTRE ENTRE PARENTS ET ENFANTS ? 39% des adolescents équipes de smartphones indiquent qu’il leur arrive de temps en temps de ne pas répondre volontairement à un message de leurs parents…ils sont même 43% chez les 16-17 ans et 41% chez les jeunes garçons.
  10. Un CONTRÔLE PARENTAL qui diminue avec la maturité de l’enfant. 43% des adolescents équipés déclarent que leurs parents connaissent le code de déverrouillage de leur smartphone. Cependant, si c’est le cas de 64% des 12-13 ans et de 57% des collégiens, seuls 31% des lycéens et 25% des 16-17 ans déclarent que leurs parents connaissent leur code de déverrouillage.

L’étude complète : https://www.bva-group.com/

L’écran de votre tablette androïd sur votre ordinateur

Screen Stream over HTTP est une application disponible sur le Google PlayStore qui permet d’afficher l’écran de la tablette dans le navigateur Web d’un ordinateur connecté au même réseau.
Pas besoin de logiciel supplémentaire, à l’exception de cette application et d’un navigateur Web (Chrome, Safari, EDGE, Firefox).
L’application gratuite fonctionne sans publicité ni fenêtres pop-up via le réseau WiFi et/ou 3G en utilisant MJPEG pour encoder les images d’écran et les envoyer via le réseau.

Après installation sur la tablette, il suffit de connecter le navigateur du PC sur l’adresse proposée puis de lancer la diffusion du flux vidéo. Il est parfois nécessaire dans les réglages de l’application sur la tablette de « désactiver la vérification MJPEG ». L’application gère la rotation de l’écran et bénéficie d’une latence réduite (de l’ordre d’une demi seconde). Attention toutefois, l’application semble rester active sur la tablette et il peut être utile de « tuer le processus » dans les réglages de la tablette.

Ecrire un texte sur tablette en utilisant la saisie vocale

Ecrire un texte sur tablette en utilisant la saisie vocale peut permettre aux élèves en difficulté et même aux autres élèves d’entrer plus facilement dans la production d’écrits. Il s’agit, ici, d’écrire les premières idées, un brouillon, qu’il faudra ensuite nécessairement reprendre. Ceci ne dispensera pas les élèves d’une relecture, d’un travail sur l’amélioration, l’enrichissement et la correction des textes.

Dans l’article « Apprivoiser la reconnaissance vocale et en tirer profit avec les élèves en difficulté« , les auteurs Vincent Gagnon et Pascale Thériault souligne :

« Précisons qu’un outil de reconnaissance vocale ne fait pas tout le travail et n’élimine pas le besoin de préparer un plan d’organisation de ses idées et de retravailler son texte en ayant recours à des stratégies de révision efficaces. Ainsi, un tel outil ne remplace pas les interventions de l’enseignant dans l’acquisition des compétences de scripteur, mais il permet dorénavant à l’élève en difficulté de franchir l’étape de la transcription peut-être plus aisément et d’avoir un point de départ sur lequel retravailler ses idées.

Il n’y a pas de recette magique pour apprendre à écrire, mais il y a des façons de faire qui favorisent le développement des compétences de scripteur. Communiquer ses idées ne se résume pas à produire un brouillon dont on a corrigé quelques erreurs en surface. Comme le suggérait Jean Ricardou, célèbre écrivain français : « Savoir écrire, c’est savoir réécrire ». Alors, pourquoi ne pas offrir à ces élèves en difficulté un contexte propice leur permettant d’apprendre à réécrire leurs textes ? Ce faisant, ils gagneront en confiance à l’égard de la communication écrite et deviendront des acteurs actifs de notre époque contemporaine. »

Pour envisager facilement et concrètement la mise en oeuvre dans la classe avec les élèves en difficultés et même avec les autres.

Voici une proposition (réalisé sur tablette androïd) :

Lire la suite